Histoire

Cap à l’Est !

Singulier par sa géographie et son passé, situé entre collines et vallée, le 6e secteur est constitué de 18 quartiers sur les 111 que compte Marseille. 11 quartiers pour le 11e (les Accates, la Barasse, les Camoins, Éoures, la Millière, la Pomme, Saint-Marcel, Saint-Menet, la Treille, La Valbarelle, la Valentine) et de 7 pour le 12e (les Caillols, la Fourragère, Montolivet, Saint-Jean du Désert, Saint-Julien, Saint-Barnabé, les Trois Lucs). Une liste qui ne serait pas complète sans les quartiers non répertoriés de Beaumont, la Parette, Bois Luzy, le Petit Bosquet mais aussi de tous les quartiers qui se sont développés autour de noyaux villageois qui portent le nom des familles qui ont œuvré pour leur développement. Le secteur compte pas moins de 115 000 habitants, autant que la population de la ville de Perpignan.

L’engouement remonte aux origines de Marseille. La vallée de l’Huveaune était un axe stratégique de déplacement déjà sous Jules César. Bénéficiant d’une excellente irrigation, elle fut un lieu propice au développement de l’agriculture et de l’industrie.  Malgré les difficultés, elle a réussi sa reconversion économique tout en préservant l’éclectisme et la qualité de son patrimoine, à la fois naturel et architectural. Un secteur tourné vers l’avenir.

D’où vient la Valentine ?

C’est dans les années 1400 que des éleveurs s’intéressent à cette zone marécageuse. Ils assèchent les terres et revendent une partie à un certain Jean Valentin. La zone devient industrielle avec la construction d’une brasserie et amorce un nouveau virage en 1976 lorsque le groupe Casino y installe un centre commercial. En 2011, le centre commercial connait un nouveau développement et atteint 26 500 m², ce qui en fait l’une des zones les plus dynamiques du département.

Nous orientons régulièrement la mairie centrale dans son plan pluriannuel de réhabilitation et d’entretien du bâti. Notre secteur est riche d’églises, de sites préhistoriques, de châteaux, etc. que nous avons le devoir de sauvegarder, et qui contribuent à l’embellissement de notre cadre de vie.

Pierre Laget, délégué au patrimoine communal