Le 12ème

Un secteur, des vies de quartiers

47 km² : notre secteur est l’un des plus vastes de la cité phocéenne. Des petits noyaux villageois accrochés à flanc de collines, aux larges quartiers de la plaine de l’Huveaune, le 6e secteur a plus d’une facette à découvrir. D’un côté, ces charmantes rues bordées de maisons bourgeoises dans les quartiers animés par les petits commerces de proximités. De l’autre, les grands espaces des collines, la force du parc national des calanques, le côté pittoresque de toutes ces petites églises en cours de rénovation et de ces anciennes bâtisses rénovées et ouvertes au grand public comme le château de la Buzine. Ici, l’histoire s’écrit au présent.

Des arrondissements qui évoluent

Les transports en commun desservent tous les quartiers. C’est un cadre de vie agréable pour les 116 600 habitants qui vont encore connaitre une véritable amélioration de leur façon de se déplacer avec la mise en place des pôles multimodaux sur la nouvelle ligne de train Marseille/Aubagne et l’ouverture en 2017 de la rocade L2 qui permettra de traverser la ville beaucoup plus rapidement.

Qualité de l'air

Dans cette rubrique

  • Beaumont centre

    Dans la banlieue Est de Marseille, entre Saint Barnabé et Saint Julien, Beaumont est une petite cité de création moderne, une cité au grand air.Son essor n'a commencé qu'après la guerre de 1914-1918, mais elle n'en a pas moins des quartiers de noblesse.

  • Beaumont plateau

    Dans la banlieue Est de Marseille, entre Saint Barnabé et Saint Julien, Beaumont est une petite cité de création moderne, une cité au grand air.Son essor n'a commencé qu'après la guerre de 1914-1918, mais elle n'en a pas moins des quartiers de noblesse.

  • Bois Luzy

    En 1930, Saint-Barnabé était "en train de se souder par des villas et des maisons au grand lotissement de Bois-Luzy, magnifique domaine acquis par la ville, qui y a tracé de belles avenues, mais n'a pas encore su en utiliser la belle et vaste bastide. Il est question en ce moment (1932), d'y installer une école de plein air pour les fillettes faibles, anémiées, pré tuberculeuses" (Encyclopédie Départementale des Bouches-du-Rhône).

  • La Fourragère

    "On peut penser que cet endroit fut longtemps habité par des chevaux ou des bestiaux, puisque le provençal fourrage est l'équivalent du français fourragère, fourrage : paille, foin et herbe destinés à nourrir les bêtes".

  • Les Caillols

    Dans la revue Marseille, François Barby donne l'origine de l'appellation du quartier : "Plus à l'ouest, bien protégé du Mistral par les collines de Saint-Julien, s'ouvre le vallon des Caillols.

  • Les Trois Lucs

    Situé à l'extrémité orientale du territoire de Marseille, ce quartier porte un nom ancien : Los tras lucs (1299), Les tres luca (1551), les tres lus (1551), les tre Luc (1586), Les Treillux (1679) et Les Trois Lucs (1691).D'après Alfred SAUREL, ces Tres Lux signifierait trois lumières, faisant référence à des postes d'observation qui ceinturaient le territoire de Marseille, soit le troisième feu allumé sur la tour du guet, d'où Treillux. Le Père SORAGI qui officiait à l'église Sainte Rita, faisait référence à "Lou Trelus, l'orient, le lever du soleil, dont parle d'ailleurs la pastorale Maurel".

  • Montolivet Village

    Les oliveraies qui couvraient au Moyen-Âge ces terres arides ont donné le nom de Monteolivetus en 1248, puis Mons Olivetus en 1289, à ce qui va devenir le quartier de Montolivet.À 4km 500 du centre de Marseille, Montolivet est au sommet d'un coteau. Les pentes étant assez rudes, les cochers qui les empruntaient pouvaient réduire leur vitesse à 6km/heure, alors qu'elle ne pouvait ailleurs être inférieure à 8 Km/heure.Avec la venue du Canal de Provence, les terrains s'étaient couverts de cultures.

  • Petit Bosquet

    À 102 m d'altitude, un Petit Bosquet...

  • Saint-Jean du Désert

    Les premières traces humaines connues à ce jour dans le secteur de Saint-Jean du Désert sont des tombes jumelles chasséennes datées entre 4400 et 3300 avant J.C.Cette découverte fut réalisée en Mars 1993 lors de la Campagne de fouilles menées sous la direction de Monsieur BOISSINOT, archéologue et Professeur à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales.Les tombes entourées d'un tertre de 11 mètres de diamètre furent exhumées au lieu dit les Sources.

  • Saint Barnabé

    C'est un notaire exerçant à Marseille mais originaire de Solliès, Barnabé Capel, qui, vers 1526, souhaite que soit construite après sa mort une chapelle sur le terroir marseillais.Ce qui fut fait dans la campagne de la Madeleine (au-dessus des Cinq avenues actuelles). Cette chapelle, qui porte donc le nom de Saint-Barnabé, devintrapidement un lieu de pèlerinage et de promenade, et donna son nom au petit noyau villageois qui se développait à proximité. explique François Barby.

  • Saint Julien

    Un grand du cinéma, Fernandel, et un maître de la peinture contemporaine Ambroggiani, ont contribué à la notoriété de ce quartier, où la bourgeoisie marseillaise aimait ériger ses bastides. Saint Julien a su conserver, à travers les générations, une rare qualité de vie. Remontons un peu l'Histoire...