Bois Luzy

En 1930, Saint-Barnabé était "en train de se souder par des villas et des maisons au grand lotissement de Bois-Luzy, magnifique domaine acquis par la ville, qui y a tracé de belles avenues, mais n'a pas encore su en utiliser la belle et vaste bastide. Il est question en ce moment (1932), d'y installer une école de plein air pour les fillettes faibles, anémiées, pré tuberculeuses" (Encyclopédie Départementale des Bouches-du-Rhône).

Le Château de Bois-Luzy

L'aménagement du domaine de Bois-Luzy qui comptait initialement 23 hectares avec pinèdes, vignes, oliviers et arbres fruitiers remonte au XVIIe siècle, avec la famille de Robert de Ruffi, qui était notaire.
Pendant 6 générations, il restera dans leur patrimoine familial.

Le château, dans sa forme actuelle, fut construit vers 1850 par Monsieur De Saint Alary. Sa construction dura plusieurs années. La mosaïque du hall central fut exécutée par une équipe de mosaïstes italiens, les mêmes qui réalisèrent les mosaïques de la Basilique de Notre Dame de la Garde, à cette époque.

Le lustre de la Basilique de Notre Dame de la Garde provient du hall central du Château de Bois-Luzy : c'est la Marquise de Saint Alary qui en fit don lors de la vente du château.

Le château, de dimensions relativement modestes, avec 380 m2 d'emprise au sol, s'élève sur 3 niveaux. Il est ceint d'une grande terrasse de 2 000m2.

Au début du XIXe siècle, la famille de Saint Alary s'en sépare. Plusieurs propriétaires, négociants et armateurs, se succèdent et transforment la propriété jusqu'à son acquisition en 1925 par une banque. La Société Générale Foncière ensuite la morcelle et en fait un des plus grands lotissements, pour l'époque, de Marseille.Le château deviendra ensuite propriété de la ville. Avant 1939, il fut aménagé en Maison de Repos pour la Police, mais non utilisé.En 1940, il fut réquisitionné et reçut successivement divers occupants, dont des unités de l'armée allemande.

En 1947, la ville confia à une association à but non-lucratif, gestionnaire d'Auberges de Jeunesse, le soin d'exercer son activité de tourisme social.
En 1950, des squatters l'envahirent et n'en furent délogés que quelques années plus tard, par les services communaux.
Le château devint alors ce qu'il est actuellement : une Auberge de Jeunesse accueillant les gens de tous les horizons qui voyagent. Sa fréquentation oscille entre 12 000 et 15 000 nuitées par an.